Chronique 27

1356 - Les maçons de Londres

En 1356, pour mettre fin à un violent conflit opposant les maçons de taille (Mason hewers) et les maçons de pose (Ma­son layers ou setters), les autorités de Londres, agissant au nom du roi d’Angleterre, Édouard III (1312-1377), dressent des règlements destinés à organiser le métier de la pierre et de la construction. Cette réglementation sera renforcée au siècle suivant, lors de la création d’une « Compagnie des Maçons de Londres », en 1481.

Fondée Londinium par les Romains, suite à la conquête de la Bretagne par les légions de Claude, Londres est, vers les années 1350, une ville fantôme : la moitié de sa population vient d’être décimée par la peste noire ; d’où la présence dans ses murs d’une quantité importante d’ouvriers et d’artisans venus de tous les horizons, et d’une détérioration marquante des conditions sociales.

Les « London Regulations for the trade of Masonso» (Règlements du métier des Maçons) ont été établis en « Norman-French » (français de Normandie), le 2 février 1356, sur un parchemin que détiennent de nos jours les Archives métropolitaines de Lon­dres – le français étant toujours, trois siècles après la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant (c.1027-1087), la langue officielle du royaume.

 Il ressort des règlements de Londres que « tout homme du métier peut entreprendre n’importe quel ouvrage, se rapportant au métier, dans la mesure où il a été parfaitement formé et qu’il en a la maîtrise » ; qu’il doit « être capable de le me­ner à terme » ; que « nul n’incitera un apprenti ou un journalier à travailler pour lui, hors la présence de son maître » ; enfin, que « personne, appartenant au métier, ne prendra un apprenti pour une durée inférieure à sept années ».

----------

© Guy Chassagnard - Auteur de : La Loge & ses Officiers (Éditions Jean-Paul Bertrand - Alphée, 2010).

----------

 MISCELLANEA.FR  -  © Guy Chassagnard  -  2017