Chronique 26

1352 - Master Mason & Freemason

1352. - Selon Freke Robert Gould (1837-1915), auteur britannique, existent à York des règlements institués «pour les maçons et les ouvriers ».«Le premier et le second maçons, y est-il indiqué, qui portent le titre de “maîtres maçons”, ainsi que les charpentiers, devront prêter le serment d’observer fidèlement les anciennes coutumes souscrites. » 

Les maçons attachés aux travaux de l’église « se rendront chaque matin à leur travail dans la “loge” qui est disposée dans l’enceinte qui se trouve à côté de l’église. Ils y resteront travailler consciencieusement toute la journée, tant qu’il fera suffisamment jour pour y voir et y travailler».

1376. - Apparition, en Angleterre, du terme « ffremason », devenant « ma­sonfree » (1381) et « ffremaceon » (1396) ; le français est alors, outre-Manche, la langue des lettrés et des nobles. 

1377. - William Humbervyle est engagé par le Merton College d’Ox­ford sous les titres de « Magister Operis » et de « Free Master Ma­son».

1383. - Théologien anglais, précurseur de la réforme, John Wyclif (c.1320-1384) fait état, dans un écrit rédigé en latin, d’«hommes compétents, tels que les francs-maçons ». 

1396. - Dans un contrat rédigé en latin, l’archevêque de Canterbury fait état de vingt-quatre « Lathomos vocatos ffremaceons » qu’il différencie de vingt-quatre «La­thomos vocatos ligiers ». 

Le prélat se propose d’effectuer certains travaux dans un collège situé à Maidstone. Il paiera les ouvriers de ses propres deniers et, pendant toute la durée des travaux, ceux-ci ne pourront être réquisitionnés par les autorités locales, les officiers ou ministres du roi.

----------

 © Guy Chassagnard - Auteur de  : Pourquoi et comment on devient franc-maçon (Éditions Alphée/Jean-Paul Bertrand, 2008).

----------

 MISCELLANEA.FR  -  © Guy Chassagnard  -  2017