Chronique 25

1326 - Le décret d’Avignon

La bulle du pape Clément Xll (1652-1740), datée de 1738, con­damnant les Liberi Muratori, plus connus sous le nom de « Francs-Maçons », pour des « causes justes et raison­nables » de lui seul connues, la bulle de Benoît XlV (1675-1740), confirmant en 1751 les décisions prises par son pré­dé­cesseur, sont des documents dont il est souvent question dans les ouvrages d’histoire maçonnique. 

Moins évoqué, cependant, est le décret établi en juin 1326 par un concile tenu à Avignon, à la demande du pape Jean XXll (1244-1334), pontife français natif de Cahors.

Au moment où est adopté le texte, « portant sur la suppression radicale des sociétés, ligues et conjurations, désignées sous le nom de confréries », par les évêques réunis à l’abbaye de saint Ruf, le souverain pontife, alors âgé de 82 ans, s’adonne à des activités essentiellement temporelles. 

De son ancien palais épiscopal, il s’efforce d’agrandir les états pontificaux, de les doter de multiples châteaux et édifices divers, de structurer leur administration, tout en imposant une réor­ga­nisation rigoureuse aux ordres religieux ainsi qu’aux évêchés – ce qui lui vaut diverses menaces d’empoisonnement ou de destitution. 

Le décret de 1326 n’a d’autre but, semble-t-il, en fin de compte que d’établir la primauté papale sur la communauté tant chrétienne que laïque. Il est à ce propos une date dont il y a lieu de se souvenir : le 2 mai 1312, le pape Clément V (1264-1314), prédécesseur de Jean XXII au Saint-Siège d’Avignon, a dissous l’Ordre du Temple.

 Quoi qu’il en soit, il ne paraît pas que le décret conciliaire ait eu de grandes répercussions sur la vie sociale et corporative de son époque.

----------

 © Guy Chassagnard - Auteur de  : Les Origines du REAA (Éditions Segnat, 2016, exclusivité Amazon).

----------

 MISCELLANEA.FR  -  © Guy Chassagnard  -  2017