Chronique 23

1248 - Les maîtres du mur de Bologne

Le titre du document est des plus explicites, malgré sa formulation en latin du XIIIe siècle : Statuta et Ordinamenta Societatis Magistrorum muri et lignaminiso; ce qui revient à écrire, en français moderne : Statuts et Règlements de la Société des Maîtres du mur et de la charpente… 

Le document – composé d’un recueil de parchemin de seize pages – est daté du huitième jour d’août 1248, jour et mois de son application dans la commune « libre » de Bologne. Comprenant soixante et un articles, il s’ouvre par une invocation à la sainte Trinité.Il se poursuit par une obligation de soumission aux ordres du massier de la société. Il énon­­ce encore, dans le détail, les devoirs des sociétaires, ainsi que les amen­des infligées pour toute infraction commise.A retenir notamment :

• Que nul maître du mur et de la charpente ne doit nuire à un autre maître de la société en acceptant un ouvrage au forfait après qu’il lui a été assuré et for­mellement promis.

• Qu’aucun membre de la société ne doit, en aucune façon ni manière, prendre ni garder un apprenti pour un temps moindre que quatre ans. 

• Qu’une réunion de la société aura lieu le second dimanche de chaque mois, et que toute absence des membres donnera lieu au paiement d’une amende.

Au moment où ont été dressés les statuts des maîtres du mur et de la charpente, la ville de Bologne comptait quel­que 50000 habitants.Abritant depuis le XIe siècle une importante université, elle devait, en 1256, promulguer une « Legge del Paradiso » (Loi du paradis), supprimant sur son territoire communal le servage féodal et libérant les esclaves.

----------

 © Guy Chassagnard - Auteur de  : La Franc-Maçonnerie en Question (Éditions DERVY, 2017).

----------

 MISCELLANEA.FR  -  © Guy Chassagnard  -  2017