Chronique 12

1 avant J.-C. - Les Collegia fabrorum  

L’histoire L’origine de la Franc-maçonnerie est obscure et de surcroît incertaine. Les historiens se sont donc complu à la faire remonter aux temps les plus reculés ; et l’ont souvent trouvée dans les pratiques corporatives et les cérémonies initiatiques de l’Égypte et de la Grèce. Nous avons nous-même fait référence, précédemment, aux bâtisseurs de Deir el-Medineh et aux mystères d’Éleusis.

Consacrons encore ces quelques lignes aux Collegia romains. Avec pour seul souci d’apporter une nouvelle pierre informa­tive à l’édifice maçonnique.

Les Collegia fabrorum, qui apparaissent, selon Plu­tarque, sous le règne de Numa Pompilius (VIIIe siècle avant J.-C.) abondent dans l’empire romain ainsi que dans les pays con-quis. Il en existe à Nice, à Nîmes, à Lyon, voire à Lutèce.Il s’agit de « collèges » d’artisans et de constructeurs – mêlant l’exercice du métier au culte des divinités – qui sont étroitement associés à la vie militaire ou communale. 

Les membres du collège jouissent de privilèges particuliers importants et exercent leur métier dans un état de monopole absolu.Ils doivent, en contrepartie, s’astreindre à l’observance de règles rigoureuses. Ainsi ne peuvent-ils abandonner le collège sans perdre la totalité de leurs biens.

Une particularité des Collegia que l’on retrouvera plus tard en Franc-Maçonnerie : la pratique des « agapes », rassemblant leurs membres pour partager un repas ou un banquet ordon­nancé.

Si l’on en croit Robert Freke Gould, les Collegia auraient eu pour but d’implanter « le germe de la civilisation romaine et de l’Art romain » sur l’ensemble de l’empire.

----------

© Guy Chassagnard - Auteur de Pourquoi & Comment on devient franc-maçon (Éditions Jean-Paul Bertrand, 2008).

----------

 MISCELLANEA.FR  -  © Guy Chassagnard  -  2017