Chronique 07

962 avant J.-C. - Les colonnes Jakin et Boaz

« Le roi Salomon fit venir de Tyr, Hiram, fils d’une veuve de la tribu de Nephthali. […] Il [Hiram] fit les deux colonnes d’airain.[…] Il dressa les colonnes dans le portique du temple ; il dressa la colonne de droite et la nomma Jakin ; puis il dressa la colonne de gauche et la nomma Boaz. »

De ce qui vient d’être tiré du premier Livre des Rois (7: 13-18), il ressort qu’Hiram coula deux colonnes, qu’il dressa devant le temple de Salomon ; soit sur le parvis et non com­me on le veut souvent « dans » le vestibule » ou « sous » un porche quelconque. Ces colonnes n’ayant d’ailleurs, semble-t-il, qu’un rôle purement décoratif.

Les francs-maçons, ayant fait entrer le temple de Salomon dans l’ésotérisme de leur institution ont attribué une fonction symbolique aux colonnes Jakin et Boaz qu’ils ont placées de part et d’autre de l’entrée du temple maçonnique. Franchir l’alignement des colonnes c’est être admis parmi les initiés. 

Considérées de bas en haut, les colonnes élèvent l’homme vers le spirituel.De gauche à droite, elles sont une limite. D’arrière en avant, elles mè­nent à l’initiation. En sens con­traire, de haut en bas, elles symbolisent la présence du Créateur.

De droite à gauche, elles invitent le compagnon et l’apprenti à s’unir pour avancer ensemble sur le chemin de la vertu et de la vérité ; ou, quand elles sont peintes, la première en rouge et la seconde en blanc, elles associent la masculinité active à la féminité passive.

D’avant en arrière, elles per­mettent encore à l’initié, dès après minuit, de porter et diffuser dans le « mondeo» les acquis du temple.

A noter que Jakin et Boaz peuvent être, selon le rite, à l’ex­térieur ou à l’intérieur du temple de part et d’autre de son entrée –Jakin étant à droite ou à gauche de la porte.

----------

© Guy Chassagnard - Auteur de La Loge & ses Officiers (Éditions Jean-Paul Bertrand).

----------

 MISCELLANEA.FR  -  © Guy Chassagnard  -  2017