Chronique 02


- 4000 - Le calendrier maçonnique


Il y a eu d’abord le jour, avec son lever de soleil, et la nuit avec son coucher. Il y a eu ensuite le cycle lunaire donnant un moyen plus commode et plus large de la mesure du temps, reposant sur les évolutions climatiques de la nature. 

Alors a été inventé le calendrier. Ou plutôt les calendriers, car l’homme n’a jamais résisté à l’envie de rendre compliqué ce qu’il pouvait faire simple...

Ainsi, il y a eu le calendrier de l’Égypte antique, basé sur les fluctuations annuelles du Nil.L’année y était définie comme le temps nécessaire pour assurer la récolte. Il y a eu, avant l’ère chré­tienne, les calendriers hébraï­que, grec, hindou et romain ; dans notre ère les calendriers maya et musulman ; surtout les calendriers julien et grégorien. 

L’année grégorienne, toujours en vigueur, qui commence le 1er janvier pour se terminer le 31 décembre – nécessitant seulement une correction d'un jour tous les... 3.000 ans – ne présente qu’un défaut de terminologie, concernant les mois de sept(embre), oct(obre), nov(embre) et déc(embre), classés aux neuvième, dixième, onzième et douzième rangs…

Aussi lorsque voulant instituer un calendrier conforme à « leur » tradition – une tradition en soit quelque peu fantaisiste –, les francs-maçons ont procédé à une réflexion intellectuelle débridée. Et se situant hors du cadre des années civiles ou religieuses, ils ont adopté pour base calendaire la création biblique du monde – à quelques années près, on en conviendra. 

Le 1er janvier de l’an 2017 est ainsi, maçonniquement parlant : le premier jour du onzième mois de l’année de vraie lumière 6016 ; quand le 1er mars devient : le premier jour du premier mois de l’année de vraie lumière 6017.

----------

Lire : Le Dictionnaire de la Franc-Maçonnerie (Éditions Segnat, diffusion exclusive Amazon.fr).

----------

 MISCELLANEA.FR  -  © Guy Chassagnard  -  2017